Historique

Les origines du festival

 

Influences obligent, le nom de l’association Wild Rose est hérité d’une chanson de Sonny Rollins, mythique saxophoniste de jazz. Créée en 1979 par une bande de passionnés de musique, l’association Wild Rose a alors pour ambition d’organiser des événements culturels à Quessoy, petite commune des Côtes-d’Armor. En 1983, l’association décide de créer un festival inédit, à l’initiative de Jean-Michel Boinet (l’actuel directeur artistique du festival) et de Marie Lostys (actuelle directrice de la communication de La Passerelle – scène nationale de Saint-Brieuc), et de se concentrer exclusivement sur ce projet :

le festival Art Rock est né.

Depuis ses origines, Art Rock s’est construit une vocation de festival pluridisciplinaire en dressant des passerelles entre les arts : musiques, théâtre, danse, arts de la rue, vidéo, arts plastiques et art numérique y sont largement représentés.

En étant parmi les premiers à inviter des troupes telles que Royal de Luxe ou La Fura dels Baus, mais aussi des artistes multimédia (Maurice Benayoun, le collectif Dumb Type ou Klaus Obermaier), Art Rock est parvenu à se trouver une place parmi les nombreux festivals. Cette manifestation a acquis ses lettres de noblesse au niveau national en réussissant chaque année le pari de mêler en un même événement des artistes reconnus ou inconnus, venant de tous les continents et de toutes les disciplines. Son succès s’explique aussi par sa programmation offrant une large place aux jeunes talents, son caractère urbain et convivial.

Événement pluridisciplinaire (musique, danse, théâtre, spectacles de rue, arts numériques, arts visuels, gastronomie…) Art Rock investit la ville de Saint-Brieuc pour 3 jours et 3 nuits de découvertes et d’audaces artistiques.

 


 

Art Rock en quelques chiffres

 

  • 78 000 spectateurs
  • 40 000 spectateurs aux spectacles payants
  • 38 000 spectateurs aux expositions et spectacles gratuits
  • 3 jours
  • 10 lieux (intérieur / extérieur)
  • 80 spectacles, expositions et concerts
  • 650 artistes et techniciens
  • 20 maisons gourmandes de Rock’N Toques (chefs cuisiniers, pâtissiers, artisans, cavistes…)
  • 16 000 assiettes gourmandes servies aux festivaliers
  • 205 salariés
  • 600 bénévoles
  • 3200 repas servis aux artistes, techniciens et bénévoles pendant le festival
  • 950 nuits d’hôtel pour les artistes et techniciens
  • 96 entreprises partenaires et mécènes
  • 150 entreprises prestataires dont une centaine du département des Côtes d’Armor
  • 90 concerts dans le OFF du festival, Arbist’Rock

 

Réalisation par Acantic