Exposition Fantastic Elements

du 30 mai au 11 juin 2017
HORS FESTIVAL / MAR. > SAM. : 10H > 18H / DIM. : 14H > 18H
PENDANT LE FESTIVAL / 10H > 23H

 

Pensée comme un parcours immersif, l’exposition Fantastic Elements propose au public d’Art Rock de découvrir l’eau, la terre, le feu et l’air. Fervent défenseur de l’art numérique, le festival y ajoute un 5e élément : le pixel. Les artistes présentés dans cette exposition tentent de saisir leur nature incontrôlable en détournant leur image et en leur offrant un fort pouvoir symbolique. Chacune des installations exposées au Musée de Saint-Brieuc questionne la beauté intrinsèque de ces éléments, et en offre une réinterprétation plus personnelle, plus surprenante aussi !

Three Women de Bill Viola / Etats-Unis

Dans cette vidéo fascinante et hypnotique, Bill Viola utilise l’eau comme le symbole d’un passage entre deux états d’être, entre deux mondes, celui des Vivants et de l’Au-Delà. Une référence au Styx, ce fleuve tumultueux de la mythologie grecque qui séparait le monde terrestre des Enfers. Au loin, une apparition fantomatique émerge d’un milieu obscur. Une femme et deux jeunes filles s’approchent lentement d’une frontière invisible : un écran d’eau. Passant de l’ombre à la lumière et du noir et blanc à la couleur, telle la lisière entre la vie et la mort, l’écran qu’elles traversent les révèle en tant qu’êtres de chair et d’os. Mais les voici retournant dans l’ombre, chacune jetant un dernier coup d’œil au monde des vivants (ici le visiteur), avant de disparaître dans cette brume aussi grisâtre qu’intrigante.

LAméricain Bill Viola est aujourdhui considéré comme lun des plus grands représentants de lart vidéo au monde. Le Grand Palais lui a consacré une rétrospective en 2014.

bit.fall de Julius Popp / Allemagne

Julius Popp crée un rideau d’eau et, par la magie d’un algorithme, donne naissance à une cascade de mots. Commandée informatiquement, l’eau perd sa liberté naturelle jusqu’à ce qu’un spectateur décide de casser ce processus virtuel en glissant sa main sous la pluie, faisant ainsi voler en éclats les mots qui s’écoulaient mécaniquement.

Julius Popp est un artiste allemand qui sempare des nouvelles technologies pour créer des œuvres à mi-chemin entre lart et la science. Proche de la recherche sur lintelligence artificielle, son travail a fait lobjet dune étude par le prestigieux Massachussets Institute of Technology (MIT).

Iceberg / Disko bay / Greenland by Lynn Davis / Etats-Unis

Dans cette énigmatique série photographique, les glaciers de la Baie de Disko au Groenland figurent des édifices d’architecture moderne, bien loin de l’eau dont ils sont pourtant naturellement constitués.

Lynn Davis est une photographe américaine réputée pour ses grandes photographies en noir et blanc. Après avoir étudié au Centre Photographique International de New York aux côtés de Robert Mapplethorpe, elle part au Groenland en 1986 et tombe amoureuse de ces paysages monumentaux et de cette nature époustouflante. Sorti en 2015, son livre Ice est préfacé par Patti Smith.

 

Wet by Don Ritter / Canada

Pour Art Rock, Don Ritter présente une toute nouvelle œuvre : Wet. Comme immergé dans un gigantesque bassin, le public se laisse porter par le clapotis de cette eau d’un bleu limpide. Ici, le son est aussi important que l’image elle-même : c’est le bruit du ressac qui berce le spectateur.
Lartiste canadien Don Ritter crée des œuvres mêlant lart plastique à lart numérique. Il réalise aussi de nombreux travaux de mapping (media façade installation). Après des études au MIT, il délivre aujourdhui des cours dart multimédia à lUniversité dHong Kong.

Nils Völker / Allemagne

Nils Völker combine sa passion pour les nouvelles technologies à sa fascination pour les objets du quotidien et les matériaux fragiles récoltés au cours de ses voyages. Avec ses grandes sculptures, créées in situ, l’artiste questionne le rythme mécanique des systèmes informatiques. En intégrant du son à des compositions simples faites de sacs plastiques et de ventilateurs d’ordinateurs, son art minimaliste exprime une profondeur poétique et sensible.

Nils Völker est né, vit et travaille à Berlin. Ses « respirations chorégraphiées » consistent en une matrice de coussins de différentes tailles et de différents matériaux qui se gonflent et se dégonflent à un rythme programmé informatiquement, devenant ainsi presque organiques.

C3 by Vincent Ganivet / France

«Je m’intéresse aux équilibres précaires, au potentiel catastrophique de toute construction». Chargées dintroduire lexposition FantasticElements, les arches de Vincent Ganivet installées dans la Cour du Musée ressemblent à de monumentales portes. Avec ses structures construites en parpaings, l’artiste crée une nouvelle architecture inspirée des cathédrales gothiques. En s’élevant dans les airs, ses arches défient, par leur légèreté apparente, toute notion d’équilibre. Qu’on y voit une arche, un pont ou une référence à Maman, l’araignée gigantesque de Louise Bourgeois, cet assemblage composé de matériau brut à la verticale soulève dans l’esprit du spectateur un étonnement et une peur de l’effondrement.

Vincent Ganivet est un artiste français qui travaille sur l’Île St Denis (93).

En partenariat avec  le-telegramme  avec le mécénat du   LOGO_Signature_New_BZH2

Les commentaires sont fermés.

Réalisation par Acantic